ANDRÉ BRIE    
FRANÇAIS | TEXTES CHOISIS
 

« Ces élections étaient justes »

 

Le politicien de Gauche de l’UE André Brie sur la procédure des élections au Venezuela

 

 

En tant que seul membre allemand d’une commission d’observation électorale du Parlement Européen vous étiez sur les lieux au Venezuela pour les élections présidentielles. Le candidat battu Manuel Rosales s’était complaint d’irrégularités. Avec raison ?

 

Aussi bien basé sur ma propre expérience et aussi sur la base de ce que j’ai entendu de beaucoup d’autres observateurs électoraux, les élections se sont déroulées d’une façon très bien organisée et ont été très justes. Des problèmes concernaient en partie de longues temps d’attente, en partie le scanning des empruntes digitales aux automates électroniques de vote. Mais ce ne sont pas de questions importantes du point de vue de la loi électorale. Dans tous les locaux électoraux que nous avons visités,  j’ai vraiment parlé à des représentants de l’opposition, des ainsi- dits témoins, et tous sans exceptions étaient satisfaits avec la procédure des élections et avec la régularité sur les lieux.

 

Donc, des élections justes ?

 

Sans doute. L’on peut débattre de la campagne électorale, mais cela concerne les deux côtés. L’élection elle-même suivant l’appréciation des observateurs internationaux s’est déroulée de façon vraiment conforme au droit et transparente.

 

Les élections précédentes avaient été caractérisées par une participation de vote basse. Comment c’était à cette fois- ci ?

 

La participation électorale a été très haute pour les conditions vénézueliennes. Cela montre dans quelle mesure la population a fait usage de son droit démocratique. En plus elle montre – ce qui est important aussi – que la politique de l’opposition de s’exclure elle- même de la procédure démocratique a échoué. Et qu’au moins parmi des parties importantes de l’opposition, il y semble vraiment être un réfléchissement.

 

Donc le côté vaincu reconnaît vraiment la réélection du Président Chávez ? 

 

Il faut noter que le candidat battu en dépit de toutes les réservations qu’il a nommés, a concédé sa défaite ce qui ne s’était pas passé lors du référendum échoué de révocation en 2004. Il y a dans l’opposition des forces qui refusent cela, mais néanmoins les plus grandes parties de l’opposition et surtout Rosales lui-même sont apparemment prêts à retourner dans le dialogue démocratique du pays. Il n’y a donc pas de déstabilisation à espérer, et la légitimité de Hugo Chávez n’est pas en question.

 

Comment est-ce que vous jugez le travail de la commission d’observation électorale du Parlement européen dont vous faites partie ?

 

Moi-même après tout je ne parle que quelques bribes des Espagnol, mais ici j’ai eu deux interprètes excellents à ma disposition. A part cela, c’est ici bien sûr un domaine espagnol. Je dis bien sûr, mais en fait ce n’est pas acceptable non plus, le fait que l’Union européenne laisse ces affaires importantes au Vénézuela aux Espagnols.

 

A l’avenir, il faudra peut être faire attention à une composition plus équilibrée lors du choix d’une telle équipe d’observateurs.

 

Interview : Benjamin Beutler ; www.nd-online.de; Le 5 décembre 2006; p. 7 dans l’édition imprimée

 
STARTSEITE
 
 
 
ARTIKEL, BRIEFE, PRESSEMITTEILUNGEN, REDEN
DISPUT-KOLUMNE
externer Link SOZIALISTEN.DE
externer Link PDSMV.DE / LANDESVERBAND
MECKLENBURG VORPOMMERN
externer Link PDS-IM-BUNDESTAG.DE
externer Link ROSA-LUXEMBURG-STIFTUNG
 
 
 
HERE YOU FIND SELECTED TEXTS IN ENGLISH.
 
 

ICI, VOUS TROUVEZ DES
TEXTES CHOISIS EN FRANÇAIS.

SEITENANFANG