ANDRÉ BRIE    
FRANÇAIS | TEXTES CHOISIS
 
« JE NE VOULAIS PAS VOTER CONTRE » 

Au sein du Parti de Gauche.PDS le débat sur le soutien d'une résolution anti-cubaine au Parlement de l'UE continue


Une conversation avec André Brie (www.jungewelt.de, le 18/19 février, p. 2 dans l'édition imprimée)



Le gouvernement de Cuba pour des années a agi avec force contre des groupes anti-gouvernementaux, qui sont appuyés activement du territoire des Etats-Unis. Au Parlement européen, il a été condamné pour cette raison de façon sévère dans une résolution. Pourquoi est-ce que vous avez soutenu ce papier ?

Mon parti a développé, depuis 1990, une idée de la validité de droits humains universels. Le respect des droits humains doit, d'après cette idée, être demandé aussi de pays, qui nous sont politiquement plus proches.
Hier d'ailleurs il a été adopté au Parlement européen une résolution contre Guantánamo. Quand je m'engage contre les offenses là-bas, je dois le faire aussi dans les cas qui peuvent être utilisés par l'ennemi politique. Sinon je me rendrais douteux.

Vous comparez la situation sur la base des Etats-Unis de Guantánamo à celle au Cuba ?

Les violations des droits de l'homme par les Etats-Unis sont beaucoup plus graves. Au Guantánamo c'est un cas de tortures, de violations des principes les plus élémentaires de l'État de droit et du droit international. Au Cuba ce sont d'autres formes de violation des droits de l'homme. La différence m'est très évidente. Des violations des droits de l'homme pourtant doivent être thématisées indépendamment de la gravité des cas.

Vous avez pour cette raison appuyé une motion, qui a aussi été appuyée par des forces conservatrices de droite. Par exemple, par José Ignacio Salafranca, qui appartient au Parti Populaire espagnol, qui a appuyé pour des années le gouvernement de Bush dans sa politique agressive contre Cuba.

Nous nous trouvions dans le cas de ce vote sous des contraintes parlementaires. La résolution sur le Cuba avait été développée comme celle sur le Guantánamo dans un consensus entre les conservateurs, les sociaux-démocrates, les libéraux et les Verts.

Et pour cette raison, il vous faillait  voter pour ?

Les droits de l'homme doivent après tout être demandé aussi du socialisme. Pour moi, l'une des conclusions décisives de la déroute du socialisme en Europe a été, que nous ne devons jamais relâcher en matière de droits de l'homme. Finalement nous avons entre temps critiqué aussi le SED pour des violations des droits de l'homme comme ils ont été commis au Cuba.

Maintenant l'on nomme dans la résolution les « Dames en Blanc ». Ce groupe hostile au gouvernement cubain n'a non seulement obtenu le prix Sacharov du Parlament européen, il a aussi le soutien financier et politique des États-Unis. Washington a préparé 50 millions de Dollar pour l'organisation de structures pareilles avec l'objectif de changer le système politique. Est-ce que vous vous n'êtes pas rendu complice de cette politique ?

Moi, personnellement, je me suis engagée, pour que le prix Sacharov aille à une candidate du Pakistan. Je trouve incorrecte la décision du Parlement européen de distinguer les « Dames en Blanc »…

…Et c'est pour ça, que vous avez voté pour la résolution ?

Qu'elles soient appuyées par les Etats-Unis ou non : Autant qu'elles n'ont fait rien de criminel, elles aussi ont le droit à leur libre opinion.

Vos collèges parlementaires Markov et Zimmer ont motivé leur soutien de la résolution par le fait, que votre propre proposition avait été rejetée. Est-ce qu'il faut voter pour un projet ennemi au Parlement si la propre proposition ne trouve pas une majorité ?

La résolution avait été développée, comme je l'ai dit, dans le consensus de quatre fractions, non seulement par la droite. Cela pose bien problème à un député. Après tout, l'on ne peut voter que sur ce qu'il y a à l'ordre du jour.

Vous aurez pu voter contre comme votre camarade Sahra Wagenknecht.

Je ne voulais pas voter contre.

A cause de votre vote une délégation du Parti de Gauche.PDS a été refusée une invitation par le PC du Cuba. Est-ce qu'il n'y aurait pas valu mieux de discuter à Havanna au lieu de s'aligner à Bruxelles dans l'offensive contre Cuba.

Une conversation directe aurait été meilleure de toute façon. Avec des diplomates cubains j'ai toujours été d'accord jusqu'alors après tout, qu'il y a dissent sur cette question, mais que l'on peut pourtant vivre avec.

Interview : Harald Neuber


 
STARTSEITE
 
 
 
ARTIKEL, BRIEFE, PRESSEMITTEILUNGEN, REDEN
DISPUT-KOLUMNE
externer Link SOZIALISTEN.DE
externer Link PDSMV.DE / LANDESVERBAND
MECKLENBURG VORPOMMERN
externer Link PDS-IM-BUNDESTAG.DE
externer Link ROSA-LUXEMBURG-STIFTUNG
 
 
 
HERE YOU FIND SELECTED TEXTS IN ENGLISH.
 
 

ICI, VOUS TROUVEZ DES
TEXTES CHOISIS EN FRANÇAIS.

SEITENANFANG