ANDRÉ BRIE    
FRANÇAIS | TEXTES CHOISIS
 

„Communauté de valeurs avec ruptures“

André Brie sur les questions en dispute au sommet UE-USA

 

Guantánamo et Iran sont des thèmes disputés au sommet. Comment est-ce que les Européens devraient dans le contexte se comporter vis-à-vis les Etats-Unis ? 

En ce qui regarde Guantánamo et la question de l’observation des droits de l’homme et du droit international dans la lutte anti-terreur, il y a entre temps des différences principielles entre UE et USA. Les gouvernements vont être forcés, sous la pression du public, de beaucoup de parlements nationaux et d’une grande majorité au Parlement européen de clairement adresser ce problème. En ce qui regarde le thème de l’Iran, les points communs sont grands, car les USA maintenant aussi s’orientent plus vers une solution diplomatique. La nouvelle unité repose sur des pieds boiteux pourtant – il faut assumer, que les États- Unis ne vont pas abandonner leur préparation à des actions militaires.

 

Est-ce que les États-Unis pourront être amenés à fermer leur base à Guantánamo ? 

L’attitude des gouvernements dans ces questions n’est absolument pas conséquente, mais la pression sur les États- Unis a entre temps considérablement monté. J’attends des gouvernement qu’ils adressent ce problème et l’attitude européenne au somment sans équivoque, pour que la Baie de Guantánamo soit finalement fermé.

 

La Commission de l’UE veut aussi continuer la transmission contraire à la loi aux Etats-Unis. Pourquoi cette obéissance ? 

Je crains, que l’on va pleinement accepter les demandes des États- Unis. Cela c’est un grand problème pour l’intégration européenne. Chez beaucoup de gens, les doutes, grandes de toute façon, envers l’UE vont continuer à grandir. Leurs intérêts et leurs droits sont ignorés par la Commission et le Conseil. Ils font l’expérience de l’ignorance des droits parlementaires.

 

Beaucoup d’États européens au début ont d’abord opposé la politique de guerre en Iraq. Entre temps l’on semble orienter vers le cours des États-Unis. Est-ce qu’il y aura un rapprochement finalement ? 

Je pense, que cela est contradictoire. Contrairement à l’opposition publiquement annoncée de la guerre en Iraq, l’Allemagne déjà sous Rouge-Vert à logistiquement et d’autre manière appuyé cette guerre. De l’autre côté, il se montre un changement de climat aussi dans les États de l’ainsi- nommée coalition des volontaires. L’Italie ou l’Espagne, par exemple, ont clairement changé leurs positions. Cela n’a pas en dernier lieu à faire avec le fait, que les États-Unis ont complètement échoué avec leur politique en Iraq.

 

Quel va être l’effet des conversations sur l’Afghanistan ? 

La tendance va clairement en direction d’une fusion de l’ISAF et son mandat par les États-Unis et l’armée d’intervention américaine « Liberté continue ». Le trouve cela incorrect et dangereux. Face aux développements actuels et l’instabilité dans de larges parties de l’Afghanistan, l’on voit, que ce n’est pas une solution et signifie un développement semblable à celui en Iraq, surtout en vue du fait que les troupes de l’UE ne sont pas très populaires et sont comparés aux armées d’intervention russe. Il est irresponsable, que les Européens apparemment cèdent de plus en plus aux Etats-Unis.  

 

Questions : Ina Beyer www.nd-online.de, p.2 dans l’édition imprimée du 21 juin 2006 

Traduit par Carla Krüger, le 21 juin 2006

 
STARTSEITE
 
 
 
ARTIKEL, BRIEFE, PRESSEMITTEILUNGEN, REDEN
DISPUT-KOLUMNE
externer Link SOZIALISTEN.DE
externer Link PDSMV.DE / LANDESVERBAND
MECKLENBURG VORPOMMERN
externer Link PDS-IM-BUNDESTAG.DE
externer Link ROSA-LUXEMBURG-STIFTUNG
 
 
 
HERE YOU FIND SELECTED TEXTS IN ENGLISH.
 
 

ICI, VOUS TROUVEZ DES
TEXTES CHOISIS EN FRANÇAIS.

SEITENANFANG