ANDRÉ BRIE    
FRANÇAIS | TEXTES CHOISIS
 

André Brie, le 9 août 2006, éditorial pour „Disput

 

La récolte du mal

 

Albert Camus ne trouva pas sa place dans la lutte algérienne de libération. Il ne voulait pas se placer ni sur l’un, ni sur l’autre côté et rêva de la liberté des algériennes et des algériens dans une fédération franco-algérienne. Il n’était pas capable de reconnaître l’essence entière et criminelle du système colonial. Son analyse de la spirale de la violence et de ses conséquences pourtant est intelligente et hautement actuelle : « Lorsque ces pratiques s’appliquent, par exemple, à ceux qui, en Algérie, n’hésitent pas à massacrer l’innocent ni, en d’autres lieux, à torturer ou á excuser que l’on torture, ne sont- elles pas aussi des fautes incalculables puisqu’elle risquent de justifier les crimes mêmes que l’on veut combattre ?...la torture (de l’armée française ; A.B.) a peut-être permis de retrouver trente bombes, au prix d’un certain honneur, mais elle a suscité du même coup cinquante terroristes nouveaux qui, opérant autrement et ailleurs, feront mourir plus d’innocents encore.»  

Pendant cette nouvelle, la cinquième guerre du Proche Orient depuis 1948, qui en vérité est la prolongation d’une guerre permanente, la spirale de la violence montre sa conséquence sanglante. Ce qui est cause, ce qui est conséquence est jugé différemment par les acteurs ennemis et au concret, ce n’est souvent guère plus distinguable. Mais si Angela Merkel maintient que l’origine de cette guerre était clairement l’abduction de deux soldats israéliens par le Hisbollah, la dimension historique de cette guerre est clairement mise sur sa tête. C’est la politique de répression et d’agression, qui ne garantit pas la sécurité de ses gens, mais signifie la cause de la violence au Proche Orient et la diffusion de convictions extrémistes. Les jugements et les conclusions politiques doivent se produire d’une façon extrêmement responsable. Le droit à l’existence et la sécurité d’Israël doit être un axiome politique aussi pour la gauche. Et le terrorisme ne peut être justifié en aucune manière. Mais son avance peut être expliquée. C’est surtout l’Israël même et tout le monde capitaliste, qui recrutent le terrorisme et le fondamentalisme idéologique. Israël continue encore d’être considéré comme le seul État démocratique de la région. Mais qu’est-ce que comme démocratie qui depuis presque soixante ans expulse un autre peuple, l’opprime brutalement et l’abuse de façon horrible tous les jours ?! Nous devons lutter contre les causes du terrorisme. Mais celui, qui comme Bush et Olmert, Merkel et Blair comprend par cela la « destruction complète de structures terroristes », une « guerre contre le terrorisme » ne lutte après tout pas contre ces causes, mais il a d’autres objectifs de domination coloniale et en renouvelle et élargit les causes : le pillage économique des pays et des peuples retenus dans le sous-développement, leur oppression politique et leur humiliation culturelle, qui en plus a une dimension niée, mais clairement raciste. Celui qui a vu une fois, qui a vu avec yeux ouverts, avec coeur et raison ouverte, combien le peuple palestinien, mais aussi les citoyens arabes d’Israël ont à souffrir par la politique israélienne de violence et d’expulsion, qu’ils souffrent même insupportablement, celui-là ne va plus pouvoir se débarrasser d’une conclusion : L’existence et la sécurité d’Israël sont liées de façon aussi insoluble à la liberté et à l’indépendance des palestiniens, que la lutte contre le terrorisme ne réussira que quand il y aura liberté politique et culturelle et droits égaux pour le sud de la terre. 

L’Israël mène encore une guerre d’agression, il ignore le droit international et tout droit humain, il bombarde même les camps de prisonnier des gens qu’il a expulsé dans les guerres précédentes. Et c’est l’Ouest tout entier qui mène cette guerre ensemble avec Israël. Il est temps de prendre parti de façon non- équivoque. Pas contre Israël, mais contre la politique dédaigneuse des droits des hommes de son gouvernement. Pour une Palestine libre, pour le retrait d’Israël des territoires occupé palestiniens, libanais et syriens, et donc aussi pour un Israël libre et démocratique.



 
STARTSEITE
 
 
 
ARTIKEL, BRIEFE, PRESSEMITTEILUNGEN, REDEN
DISPUT-KOLUMNE
externer Link SOZIALISTEN.DE
externer Link PDSMV.DE / LANDESVERBAND
MECKLENBURG VORPOMMERN
externer Link PDS-IM-BUNDESTAG.DE
externer Link ROSA-LUXEMBURG-STIFTUNG
 
 
 
HERE YOU FIND SELECTED TEXTS IN ENGLISH.
 
 

ICI, VOUS TROUVEZ DES
TEXTES CHOISIS EN FRANÇAIS.

SEITENANFANG